Plainte contre l'Etat auprès de l'Armée française

Plainte contre l'État français auprès des autorités compétentes militaire

Capture d e cran 2015 11 03 a 20 18 12

 

Il est probable que cette plainte n'aura aucune suite, mais il est temps de faire prendre conscience à l'armée française que le peuple français est en souffrance lui demande assistance! Son code de déontologie étant de préserver la nation et sa souveraineté, ainsi que la liberté et la dignité de la population.

En effet, l'armée française peut par sa légitimité, destituer le gouvernement légalement. J'invite tous les citoyens, à porter plainte auprès du Tribunal de Grande instance en adressant un courrier au procureur de la république. Et d'envoyer la copie à l'armée française pour leur signaler la démarche.

LA DÉMARCHE:

Vous devez écrire une lettre au Procureur de la République avec les faits situés plus bas stipulant que vous faites appel à l'armée française pour reprendre le pays en main au nom de la nation et de sa souveraineté et que votre plainte précise le caractère de Haute Trahison. Vous devez vous rendre auprès du Tribunal de Grande Instance pour porter votre plainte, un numéro vous sera attribué. Une fois la plainte enregistrée, il vous suffit  d'envoyer une copie (courrier + N° de plainte) à l'État-major de l'armée de terre à l'adresse indiquée: 14 rue Saint-Dominique, 75700 Paris SP 07

Il vous suffit de télécharger et d'imprimer ce document en cliquant ici: (faites un copier coller sous word et remplissez le à votre nom, ou modifier le pdf directement)

Master plainte au procureur de la republiqueMaster plainte au procureur de la republique (186.31 Ko)

(+ Code de déontologie et de la Charte du Gendarme)

 

SIGNEZ NOTRE PÉTITION: www.petitions24.net/appel-destitution-gouvernement-par-larmee-francaise

 

VIDÉO: Plainte et demande d'assistance à l'armée

VIDÉO:  RAPPEL du Code déontologie aux forces de l'ordre, et aux militaires de la Gendarmerie et de l'Armée Française

VIDÉO: Constitution & Droits de l'homme - On nous a volé nos droits fondamenatux

 

Dont voici les grandes lignes (mon courrier personnalisé par mes soins):
 

Objet : Plainte contre l’état français et

ses institutions nationales et internationales

auxquelles l’état est soumis (OTAN et CEE)

 

Monsieur le Procureur de la République,

 

Je soussigné, Monsieur/Madame ....................................................,  faisant mon devoir de citoyen en ce jour, en déposant plainte contre l’état français auprès de votre institution pour les crimes et délits cités plus bas. Cette plainte sera envoyée également aux institutions militaires et haut commandement de l’armée française, ainsi qu’à toutes les Gendarmeries de France, puisque cette plainte vous concerne également. En effet, vous incarnez à vous seul le disfonctionnement de la justice qui n’est pas indépendante, les conflits d’intérêts et la non séparation des pouvoirs de notre République et, de sa déchéance sous tutelle de la garde des Sceaux (Mme Christiane Taubira) responsable de la Justice actuelle dans notre pays qui est de plus en plus lamentable. Il va de soit que ma plainte ne verra donc aucune suite auprès de votre service, voilà pourquoi je m’en réfère aux autorités compétentes de l’armée française.

 

Moi, citoyen de la République française, porte plainte contre l’état français et demande l’intervention aux forces armées du pays, afin de destituer le gouvernement et de le condamner pour haute-trahison, de redonner sa souveraineté à notre nation, profondément bafouée par les institutions et les gouvernements successifs. Il en va de la sécurité nationale du pays et de ses citoyens. Je demande aux autorités compétentes militaires de prendre en considération les crimes et délits du gouvernement à l’encontre de la nation, de sa souveraineté et de son peuple, de prendre ses responsabilités. Nous réclamons l’assistance de l’armée au nom de la nation, de la souveraineté et de la sécurité du pays.

 

            L’armée française se rendra coupable de haute trahison envers la nation auprès de « La Cour internationale de justice (CIJ), siégeant à La Haye (Pays-Bas) établie par l'article 92 de la Charte des Nations unies . Si en cas de non prise en considération des plaintes déposées, l’armée française devra en répondre devant la Justice populaire de son pays. Notre gouvernement nous amenant tout droit dans une 3ème guerre mondiale et une guerre civile, l’armée française en légitimant le massacre de sa population à des fins lobbyistes sera jugé coupable. La colère du peuple gronde et ne tardera pas à dégénérer en révolte. Dans une éventuelle guerre mondiale, vous devrez faire face à des millions de français éveillés qui ont pris conscience que l’ennemi de la nation, c’est le gouvernement ! N’oubliez jamais ce détail capital lors de vos prises de décisions militaires.

 

RAPPEL : Article R. 434-5 – Obéissance :

I. - Le policier ou le gendarme exécute loyalement et fidèlement les instructions et obéit de même aux ordres qu’il reçoit de l’autorité investie du pouvoir hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public.

 

 

En effet, l'état de prévarication est un «grave manquement d'un fonctionnaire aux devoirs de sa charge.», prévu et réprimé par les articles 223-6 et 223-7 du Code pénal :

 

Art 223-6 du Code Pénal

: « Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende ».

➢« Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours ».

 

Art 223-7 du Code Pénal

: « Quiconque s'abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende ».

L’invasion migratoire sans mesure de précaution sanitaire porte atteinte à la sécurité nationale du pays et de ses citoyens, il est donc primordial que l’armée française reprenne sous contrôle les institutions du pays. Les conflits d’intérêts, la non séparation des pouvoirs, les abus de pouvoirs, le non respect de la constitution française, ainsi que de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen sont des faits suffisant pour que l’armée française intervienne au nom de la sécurité nationale du pays et des citoyens. La lamentable gestion du pays ainsi que, l’assouvissement de la population et du corps militaire à des puissances étrangères et lobbyistes vont à l’encontre des principes même de notre nation et de sa souveraineté.

LISTE DES FAITS REPROCHÉS :

PLAINTES CONTRE L'ETAT FRANÇAIS ET CES INSTITUTIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES AUXQUELLES L'ÉTAT EST SOUMIS (UE, OTAN)

Voici les chefs d'accusations pour lesquels nous demandons une ouverture d'enquête et une condamnation envers l’État français:

CRIMES:

- avec usage de la force,
- contre la propriété (monétaire, immobilière, mobilière),
- contre l'ordre public (police et armée),
- contre l'état (évasion fiscale, haute-trahison),
- contre la justice (injustice, ralentissement de procédures, entrave, parjure),
- crimes non-faits (sans aucun dommage reconnu, complot, tentative, incitation)

- Utilisation abusive et frauduleuse du terme "démocratie" dans une oligarchie confirmée
- Utilisation abusive des services et administrations publiques à des fins lobbyistes
- Corruption active et présumée

- Non assistance en personne en danger, Mise en danger délibérée de la vie d’autrui
- Faux et usage de faux (complicité médiatique)
- Abus de confiance et de biens sociaux
- Haute trahison aggravée envers la souveraineté et la nation
- Tentative d'escroquerie
- Escroquerie en bande organisée (loi Rothschild de 1973, Traités de Maastricht et Lisbonne)
- Complicité et recel
- Négligence intentionnelle et aggravée
- Détournement de fonds
- Vol, racket, extorsion de fonds (imposition et taxes pour une dette illégitime)
- Faute de gestion financière
- Fraude fiscale et évasion fiscale
- Conflit d'intérêt par trafic d'influence et prise illégale d'intérêt,
(Népotisme, favoritisme, pots-de-vin, recours aux prête-nom)
- Abus de pouvoir (lois liberticides et anticonstitutionnelles)
- Non respect de la séparation des pouvoirs
- Homicide volontaire et involontaire non prémédité, meurtres
- Viol, viol en réunion, pédophilie et protection volontaire des criminels du gouvernement
- Négationnisme (non reconnaissance de ces crimes)
- Association de malfaiteurs en relation avec des entreprises terroristes (Betar, LDJ, OTAN, ONU, UE, USA, soutien et financement de Daesh/Etat islamique...), mise en danger de la vie d’autrui concernant l’immigration, sans contrôle des frontières ouvrant la porte au terrorisme, aucune mesure de précaution sanitaire (mise en quarantaine : gale, tuberculose, choléra, etc…)
- Harcèlement criminel (traque), surveillance abusive des citoyens
- Empoisonnement volontaire et non respect du principe de précaution concernant les OGM, les pesticides, les vaccins, les chemtrails (géo-ingénierie).
- Non respect des lois, conflits d'intérêts et non séparation des pouvoirs avec la justice qui n'est plus indépendante. Le gouvernement choisissant lui même les magistrats censés les inculper.

- Transfert de données vers un État n'appartenant pas à la Communauté européenne en violation des mesures prises par la Commission des Communautés européennes ou par la Commission Nationale de l'informatique et des libertés mentionnées à l'article 70 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978. 70,3 Millions de données de télécommunications de citoyens Français ont été collectées par la N.S.A. Il ressort que ces données proviennent, pour partie, d'une installation gérée notamment par France Télécoms, laquelle permet de connecter le câble sous-marin SEA-ME-WE 4 reliant l'Asie au continent Européen à un centre de données situé à Marseille. Par ailleurs, les correspondances de nos diplomates à l'O.N.U semblent avoir aussi été espionnées selon l'édition du premier septembre 2013 du « Spiegel ». Correspondances qui relèvent du secret-défense, comme en dispose l'article 413-9 du Code Pénal.

Ce qui signifie donc qu'au-delà de l'espionnage « subi » par la France de la part des États-Unis d'Amérique, c'est bien « la livraison à une puissance étrangère de données informatisées dont l'exploitation est de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation » dont il est question ici. Les autorités politiques de l'époque ont donc violé les articles 411-6 et 411-7 du Code Pénal sans jamais avoir été inquiétées. La transmission de données de télécommunications étant soumises au droit national pour commencer (l'article 226-15 du Code Pénal protège le secret des correspondances)

- Abus de pouvoir, non séparation des pouvoirs, conflits d’intérêts, modification, violations et non respect de la constitution française sans concertation du peuple. Article: 1, 2,3,4,5,25,39,49-3,50,64,66,67,68-2,71-1, 88-1/2/3/4/5,89. La souveraineté nationale est bafouée.

RAPPEL : Article 16 de la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen:
Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution
.

- Suppression d'articles et non respect (article 2,3,7,10,11,16) de la déclaration des droits de l'homme originale sans concertation du peuple...

- Non respect du référendum européen obligatoire et applicable de 2005 en particulier le traité de Lisbonne qui malgré un NON majoritaire, Mr Sarkozy signa le traité.

- Non concertation du peuple par référendum concernant les traités TAFTA et TTIP comme stipulé à l’article 88 de la Constitution.

- Non respect dans sa totalité de la Charte de l'environnement de 2004

DE TOUS LES DIFFÉRENTS CHEFS D' ACCUSATIONS DE ...
- Génocide (guerres lobbyistes, pauvreté nationale)
- Crimes contre l'humanité
(meurtres, extermination, réduction en esclavage, emprisonnement et privation de liberté, torture, stérilisation de la population; persécutions d'un groupe/collectivité pour des motifs d'ordres: politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux, sexiste; Disparition forcée de personnes, Actes inhumains causant de grandes souffrances/atteintes à l'intégrité physique, à la santé physique et morale, spéculations sur l'alimentation, appauvrissement volontaire de la population par la dette, assouvissement de la souveraineté par les lobbys financiers)
- Crimes de guerres
- Crimes d'agression
(Invasion et attaque d'autres états par les forces militaires, bombardements, Mise à disposition de son territoire afin qu'il soit utilisé par 1 autre état pour perpétrer un acte d'agression contre un tiers... OTAN-USA)
- Tortures
- Disparitions forcées
- Crimes contre la paix
- Crimes de guerre
- Utilisation frauduleuse de l'armée française et services de police a des fins lobbyistes et/ou personnelles, aux frais des contribuables

- Crime d'intelligence avec une puissance étrangère, que l'article 411-5 du Code Pénal : Le fait d'entretenir des intelligences avec une puissance étrangère, avec une entreprise ou organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou avec leurs agents, lorsqu'il est de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, est puni de dix ans d'emprisonnement et de 1 000 000 F d'amende. Le crime prévu par l'article 80.3 du Code Pénal (ancien), est constitué lorsque sont établies des intelligences avec des agents d'une puissance étrangère de nature, indépendamment de tout résultat positif, à nuire à la situation militaire ou diplomatique de la France ou à ses intérêts économiques essentiels.

- Complicité et haute trahison aggravée du gouvernement et de la justice française (qui n’applique pas les lois en vigueur, non respect de la constitution, de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, et du code pénal), envers ses citoyens, la nation , la souveraineté de la France.

-------------------------------------------------------------------------------

La France n’étant plus un état de droit, la constitution française n’étant ni appliquée ni démocratique, la déclarations des droits de l’homme et du citoyen également. Nous peuple de France, exigeons un tribunal constitutionnel avec le soutien de l’armée française afin d’instaurer une vraie démocratie : le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple.

La constitution appartenant au peuple souverain et à sa nation, les dernières modifications par l’Etat sans concertation du peuple sont illégitime et illégale. Nous nous référons donc à la Constitution du 24 juin 1793.

Rappel à l’armée française :

« Aujourd’hui, cette déclaration (droits de l’homme) a valeur constitutionnelle puisqu’elle fait partie intégrante de la constitution du 04 octobre 1958. »

«En tant que militaire au service de l'État, le gendarme/militaire doit garantir les droits reconnus à chaque citoyen. »

Comme stipulé à l’Article 16 de la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen:
Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Comme stipulé à l’Article 35 Constitution du 24 juin 1793 : - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

 

Comme stipulé dans le code de déontologie de l’armée française et de la Gendarmerie (et de sa charte):

 

Article R. 434-5 – Obéissance

I. - Le policier ou le gendarme exécute loyalement et fidèlement les instructions et obéit de même aux ordres qu’il reçoit de l’autorité investie du pouvoir hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public.

Article R. 434-10 - Discernement

Le policier ou le gendarme fait, dans l'exercice de ses fonctions, preuve de discernement. Il tient compte en toutes circonstances de la nature des risques et menaces de chaque situation à laquelle il est confronté et des délais qu’il a pour agir, pour choisir la meilleure réponse légale à lui apporter.

Article R. 434-11 - Impartialité

Le policier et le gendarme accomplissent leurs missions en toute impartialité. Ils accordent la même attention et le même respect à toute personne et n’établissent aucune distinction dans leurs actes et leurs propos de nature à constituer l’une des discriminations énoncées à l'article 225-1 du code pénal.

Article R. 434-14 - Relation avec la population

Le policier ou le gendarme est au service de la population. Sa relation avec celle-ci est empreinte de courtoisie et requiert l’usage du vouvoiement. Respectueux de la dignité des personnes, il veille à se comporter en toute circonstance d’une manière exemplaire, propre à inspirer en retour respect et considération.

 

Article R. 434-18 – Emploi de la force

Le policier ou le gendarme emploie la force dans le cadre fixé par la loi, seulement lorsque c’est nécessaire, et de façon proportionnée au but à atteindre ou à la gravité de la menace, selon le cas. Il ne fait usage des armes qu’en cas d’absolue nécessité et dans le cadre des dispositions législatives applicables à son propre statut.

Article R. 434-19 – Assistance aux personnes

Lorsque les circonstances le requièrent, le policier ou le gendarme, même lorsqu’il n’est pas en service, intervient de sa propre initiative, avec les moyens dont il dispose, notamment pour porter assistance aux personnes en danger.

Article R. 434-20 – Aide aux victimes

Sans se départir de son impartialité, le policier ou le gendarme accorde une attention particulière aux victimes et veille à la qualité de leur prise en charge tout au long de la procédure les concernant. Il garantit la confidentialité de leurs propos et déclarations.

Article R. 434-27 – Sanction des manquements déontologiques

Tout manquement du policier ou du gendarme aux règles et principes définis par le présent code l’expose à une sanction disciplinaire en application des règles propres à son statut, indépendamment des sanctions pénales encourues le cas échéant.

Article R. 434-33 – Autres textes afférents à la déontologie des militaires de la gendarmerie nationale

Le gendarme, soldat de la loi, est soumis aux devoirs et sujétions prévus par le statut général des militaires défini par le code de la défense, ainsi qu'aux sujétions spécifiques liées aux conditions de l'exercice du métier de militaire de la gendarmerie.

Charte du Gendarme/du militaire :

Art. 3.

Le statut militaire ne se résume pas à un état juridique. Être militaire, c’est surtout adopter un comportement marqué de la manière la plus intense par le sens de l’honneur, la discipline, la disponibilité, le courage et l’abnégation

 

Art. 5.

Le gendarme défend l’État de droit qui fonde la République et il agit dans le respect des conventions internationales, des lois et des règlements. Il refuse d’exécuter un ordre manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public. Il n’use jamais de sa qualité pour en tirer un avantage personnel. Le serment qu’il prête solennellement devant l’autorité judiciaire, gardienne des libertés individuelles, est le symbole fort de son engagement.

 

Art. 6.

Le gendarme préserve la dignité humaine en luttant contre les traitements inhumains et dégradants et toutes les formes de discrimination. Les exigences d’éthique et de déontologie guident son action, notamment lorsqu’il prend des mesures coercitives ou intrusives. Par respect d’autrui, le gendarme s’interdit toute attitude, parole ou geste déplacés, quelles que soient les situations et les personnes auxquelles il se trouve confronté.

 

 

 

Art. 11.

Dans la zone dont elle a la responsabilité, la gendarmerie a une vocation de service public dont la finalité est d’offrir aux citoyens des conditions de protection et de sécurité égales pour tous, quel que soit leur lieu de résidence ou de travail. Son maillage territorial, la disponibilité, la mobilité et la réactivité du gendarme, notamment en cas d’urgence, se conjuguent pour garantir la continuité de l’action de l’État et la permanence du service public de sécurité.

 

Art. 12.

Dans l’exercice quotidien de ses missions, le gendarme s’inscrit dans une démarche de qualité qui le conduit à tout mettre en œuvre, quelles que soient les difficultés rencontrées, pour répondre aux demandes légitimes des autorités et de la population.

 

 

Art. 13.

Le militaire de la gendarmerie en charge d’une mission de soutien est solidaire des unités de terrain, en temps normal comme en temps de crise. Par sa disponibilité et sa compétence technique, il contribue directement à leur efficacité opérationnelle.

 

Art. 14.

Le gendarme, en service et en dehors du service, porte assistance et secours aux personnes en difficulté, tout spécialement lorsqu’elles sont en péril

 

Art. 15.

Le gendarme applique avec conviction les principes énoncés par la Charte d’accueil du public et d’assistance aux victimes. Il répond sans réserve aux sollicitations fondées

 

Art. 16.

Le gendarme est respectueux des autres. Conscient du sens accordé par la population à son uniforme et à ses fonctions, il a une tenue, une attitude et un maintien exemplaires, manifestant ainsi de la considération à l’égard du citoyen et contribuant par là-même à la crédibilité de l’Institution.

 

La déclaration des droits de l’homme et du citoyen adoptée le 26 août 1789 énonce les principes des droits inaliénables et sacrés du citoyen. Aujourd’hui, cette déclaration a valeur constitutionnelle puisqu’elle fait partie intégrante de la constitution du 04 octobre 1958.

«En tant que militaire au service de l'État, le gendarme doit garantir les

droits reconnus à chaque citoyen. Par ailleurs, les textes imposent de respecter la liberté individuelle et la dignité humaine»

Le respect de la dignité humaine consiste à mettre en application les règles de droit pour tous les individus. C’est également montrer un attachement aux principes d’équité et de justice. Proscrire tout comportement qui puisse être qualifié de discriminatoire

 

323. L'obligation de porter secours

Le gendarme doit aide, assistance et secours en tous temps, et en particulier pendant les catastrophes naturelles. Trois verbes symbolisent son action et son engagement au service du public : • Protéger • Assister • Secourir

 

3232. État de prévarication

L'état de prévarication est un «grave manquement d'un fonctionnaire aux devoirs de sa

charge.», prévu et réprimé par les articles 223-6 et 223-7 du Code pénal :

➢Art 223-6 du CP

: « Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers,

soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le

faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende ».

➢« Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours ».

➢Art 223-7 du CP

: « Quiconque s'abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende ».

 

-------------------------------------------------------------------------

 

Par ce courrier, je vous rappelle vos fonctions premières, celles de veiller à l’application des lois, surtout concernant la protection du peuple face aux agissements frauduleux du gouvernement. En n’agissant pas contre ces politiciens, ayant toutes les informations nécessaires pour les inculper, vous vous rendez coupable aux yeux de la nation.

 

 

            Sachez qu’à l’approche d’une 3ème guerre mondiale, quand nos vies sont menacées, les intimidations d’ordres financières et pénales que je suis certain d’avoir, suite à ce courrier, ne m’effraie pas et j’en ai parfaitement conscience, puisque l’état français fait preuve de lâcheté en toute circonstance et nombreux d’entre nous ont subies vos menaces et intimidations dès qu’il s’agissait de vous rappeler vos fonctions et votre rôle, gracieusement payé aux frais du contribuable que nous sommes. En dehors de votre mépris envers la population, rappelez vous que sans notre contribution, vous n’auriez pas ce train de vie et votre emploi.

 

 

Je vous prie de bien vouloir agréer, mon général, Monsieur le Procureur de la République, mes sincères et respectueuses salutations.

 

Commentaires (17)

Éric
  • 1. Éric | 12/01/2018
J'approuve fortement la démarche, cela dit les 3/4 des français avec qui j'aborde le sujet me sortent à chaque fois "c'est comme ça que veux-tu faire" effectivement avec de tel réactions nous ne sommes pas prêts de nous en sortir.
liberty22
  • 2. liberty22 | 16/07/2017
Vous savez avec les gendarmes ne vous attendez pas à grand chose. Personnellement à Dinan ou j’habite un gendarme à eu la drôle d’idée de me faire respirer un produit chimique lors d’un contrôle, résultat j’ai perdu le gout et l’odorat. Aujourd’hui même après avoir rencontré le défenseur des droits, je n’ai aucune explication, je n’ai même pas le droit à un procès, bref un peu comme dans une dictature.
Donc méfiez-vous et maintenant vous savez qu’un gendarme fait ce qu’il veut et n’a de compte à rende à personne !
Sylvain
Les officiers d’État-major usurpent leurs titres et leur honneur. Ils sont à la botte, de l'organisation criminelle gouvernementale, ne servent qu’à mettre en place à travers le monde, les actions criminelles du gouvernement français. Lui-même larbin des banquiers pourris qui se foutent que les peuples (y-compris le leur), meurt. Ce qui compte, c’est leurs bénéfices. Pour ça, nos généraux sont de bons larbins!

Certes, si vous leur posez la question, la lâcheté leur imposera de vous dire qu’ils n’ont pas d’autre choix que d’obéir aux ordres, mais ce qu’ils disent est faux et ils le savent!
Ils préfèrent laisser mourir leur peuple plutôt que de s'impliquer dans un putsch. Là est tout le courage des officiers d’État-major de l’armée française.

« Leur devoir premier est de protéger leur peuple contre tout oppresseur, y compris le gouvernement français. Seul les lâches et les traitres peuvent remettre ceci en question ».

Comment sauver la France !?
A un moment je pensais que le mieux serai d'exécuter les membres de l’organisation criminelle gouvernementale, mais cela ne servirait à rien. D'autres, aussi pourries que les précèdent prendraient leur place et les traitent, (L’ensemble des officiers de l’état-major français, de la direction de gendarmerie, de la direction de la police nationale et de la direction des services secrets), continueraient de les protégés.

La solution, la voici!
Avec un financement solide, de vrais hommes d'honneur monté de vraies couilles et une bonne organisation, il est parfaitement possible de sauver la France et de rendre son patrimoine et sa dignité au peuple français.

Étape 1 : recensé l’ensemble des gouvernements français, actuelle et passé, encore en vie.
Faire de même avec l’ensemble des officiers de l’état-major, des officiers de gendarmerie, de police nationale et des services secrets.
Étape 2 : mettre en place différent mode opératoire pour les actions de représailles futures.
Étape 3 : annoncés officiellement par divers moyens de publication publique que l’ensemble des officiers de l’état-major, des officiers de gendarmerie, de police nationale et des services secrets, ont 30 jours (720 heures) et pas une minute de plus pour mettre aux arrêts et emprisonner, l’ensemble des membres du gouvernement.
Tout acte de représailles ou de menace envers un ou plusieurs membres de l’organisation, diminuera le temps restant à 0 minute. L’action d’exécution des traitres, débutera instantanément.
Tout acte de représailles ou de menace envers une ou plusieurs familles des membres de l’organisation diminuera le temps restant à 0 minute, et sera suivi de représailles immédiates sur la totalité des familles des traitres à la France et envers les Français ! (L’ensemble des officiers de l’état-major français, de la direction de gendarmerie, de la direction de la police nationale et de la direction des services secrets). Œil pour œil dent pour dent !

Passé le délai de 30 jours!?
Si rien n'est fait, l’ensemble des lâches qui trahissent ou ont trahi la France ainsi que le peuple français, (les officiers de l’état-major français, la direction de gendarmerie, la direction de la police nationale et de la direction des services secrets, ainsi que tous les exécutants de leurs ordres), seront exécutés ou qu’ils soient. Peu importe le nombre de traitre exécuté, il ne sera jamais aussi grand que le nombre de victimes françaises qui ont tout perdu, voire même leur vie à cause des détournements et contournements des lois de ceux qui sont censés nous protéger. Tous traitres qui seront remis en poste pour remplacer ceux qui ont été exécuté, devront l’être à leur tour. Ceci jusqu'à ce que justice soit rendue par la mise aux arrêts pour haute trahison de l'ensemble des gouvernements français présents et passés et qu'ils soient emprisonnés.
Ensuite, il suffira de mettre en place un gardien de la constitution. http://sylvain-m.wixsite.com/le-pouvoir-au-peuple/pour-proteger-le-peuple.

Je pense sincèrement que c'est le seul moyen de sauver notre peuple et notre France.
Sylvain

« Seule la lâcheté peut permettre de dire que ce programme est impossible à mettre en place et à appliquer ».
Aucuneimportance
  • 4. Aucuneimportance | 15/05/2016
J'oubliais sans vouloir faire de pub,
Si vous voulez une plus grande audition de votre pétition, publiez la sur change.org !
ghislaine Fontanaud
  • 5. ghislaine Fontanaud | 15/12/2015
Merci pour cette démarche qui me réconforte cela fait quelques semaines que je suis en ébullition, face à ce fiasco qui est l'Europe je soupsone nos Chefs d'état de viser plus haut, de détruire les Pays Européen un à un affin de diriger un plus gros morceau l'Europe.
Comme il l'ont fait pour nos régions.
Je crains que notre Président après avoir vendu des Palaces ; Psg ; maintenant la grande mosqué au Quatar ; prévoit de vendre le stade de France.......
Mais à qui est la France
De quel droit vend t'on notre Nation.
Cela me fait du bien de suivre votre démarche, bien sur je parle de mes craintes pour le pays autour de moi mais je vois que beaucoup de personnes ont du mal à avouer ce qu'ils pensent, ils se taisent de peur de ne pas plaire, je ne les comprend pas
FORNEY
Publier c'est bien, mais sans mettre personne nominativement en cause c'est inutile.
Vous aurez toujours quelqu'un pour dire que de rare exception arrivent.
Donc pas de concret, pas de gêne pour ceux que vous visez.
Par contre, si vous entrer dans le concret comme moi, il faudra rapidement quitter e-monsite qui vous censurera.
René FORNEY0613845996
Gury
  • 7. Gury | 07/11/2015
Il est temps de se réveiller.
DURAND A.
  • 8. DURAND A. | 05/11/2015
Bonsoir,
je comprends bien votre message et l'idée de faire appel au patriotisme de la gendarmerie (et de la police aussi, pourquoi pas?) et de l'armée est intéressant.
Destituer le gouvernement, le président de la République pour les chefs d'accusation cités me semble légitime... oui mais pour faire quoi par la suite ? Remplacer ces gens par un dictateur ? Ou provoquer de nouvelles élections qui, dans le cadre du même système politique, donneront vainqueur un Juppé, un Sarkosy, une Le Pen ou un Mélenchon, qui l'un ou l'autre se montrera capable de beaux discours, mais qui pour masquer son impuissance (due au fait que la fonction est trop difficile à assumer à un seul homme ou une petite équipe) en sera réduit à faire preuve d'autoritarisme pour se maintenir au pouvoir et éviter la chute du régime en place au profit d'une dictature ouverte ?
L'origine du problème n'est-elle pas que le Peuple français ne vit pas dans une démocratie, et qu'il faut réformer de fond en comble la structure politique ?
Voici les propositions de mon collectif de travail : http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Mod%C3%A9lisation_pour_une_d%C3%A9mocratie_directe
Ce travail n'est pas terminé (car concevoir puis mettre en place une vraie démocratie à l'échelle d'un pays comme la France n'est pas une petite affaire) mais il a le mérite d'exister. Il faut le faire avancer ; une fois achevé, on pourra effectivement renverser le régime en place car nous aurons cette fois-ci une vraie démocratie à proposer en remplacement.
Et nous nous apercevrons fort probablement que cette vraie démocratie est une régime beaucoup plus stable et plus vertueux que nous régimes successifs (plus de 200 ans d'existence dans l'antique Athènes, malgré ses défauts, ça laisse rêveur !)
A lire vos critiques constructives.
debuisson
  • 9. debuisson | 05/11/2015
J'adhere totalement à la revendication des gendarmes dont leur travail est dénigré bafoué en même temps que la France donné en pature, vendue afin d'éponger des dettes contractées par les gens qui nous dirige et qui s'en mettent plein les poches au détriment des citoyens. Assez de ce semblant de démocratie, Assez de laisser nos valeurs se faire absorber par d'autres cultures avec la complicité de nos dirigeants. Le peuple n'en peu plus, ne supporte plus de voir sa France s'écrouler, s'appauvrir, Mourrir....
MARCEL DOISNE
  • 10. MARCEL DOISNE | 04/11/2015
DANS L'UNE DE MES VIDEO SITUEE DANS MON GROUPE FERME " PATRIOTES VETERANS " J'AI DEMANDE AUX AMIRAUX,GENERAUX,COLONELS DE FAIRE EN SORTE DE DESTITUER CE GOUVERNEMENT CORROMPU ET CRIMINEL ! J'AVAIS RAISON ! JE SOUTIENS DE TOUT MON POTEN TIEL PATRIOTE LES FORCES ARMEES FRANCAISES ! HONNEUR ET FIDELITE A LA PATRIE !
Action Populaire et Citoyenne - Président
  • 11. Action Populaire et Citoyenne - Président (site web) | 04/11/2015
[b]Bonjour à tous et merci pour vos commentaires.

Je ne peux pas garantir que l'état ne portera aucune représailles à notre encontre.
Il est même fort probable de par la lâcheté des institutions française, qu'ils essaient toutes sortes d'intimidations.

Je vous poserez donc ces questions:

Face à une menace imminente de 3ème guerre mondiale, de guerre civile, d'attaques terroristes, où nous risquons notre vie.... quelles sont les représailles (envers la population) plus grave que la mort?
Devons nous nous taire et nous empêcher de faire notre devoir de citoyen?

Je pense que la situation est plus grave et que cette action mérite d'être faite.
NAUDI FABRA ALAIN
  • 12. NAUDI FABRA ALAIN (site web) | 04/11/2015
Bonjour ,

pouvez vous me confirmer que l on ne risque rien en faisant ceci demander sans mentir , justement parce que j aimerais le faire

Cordialement ,
Mr NAUDI FABRA ALAIN
Le Gad  Daniel
  • 13. Le Gad Daniel | 04/11/2015
Messieurs

Trouvez - vous un meneur . il y a suffisamment d'officiers pour fédérer une action . Le pays est en danger , drapeau brulé , les corps constitués ridiculisés , la ruine du pays etc !!!!!! Je suis un ancien marin de la royale et j'ai 66 ans , je suis prêt à vous suivre suivant mes moyens , car handicapé de mes jambes , prothèses . Faites comme le général De Gaulle résistance .
Vincent
  • 14. Vincent | 04/11/2015
Pour le genocide qui laisse faire en palestine syrie liby et j en passe, pour le peuple qui ne cesse de se serrer la ceinture pour jamais n avoir de retour pour nos sdf, retraiter et nos enfants!!! Que ce gouvernement reponde de leur fraude , leur vole et leur tuerie!!!
Marmouche
  • 15. Marmouche | 04/11/2015
Notre pays il est en danger
bouvet
  • 16. bouvet | 03/11/2015
je porte plainte contre l état pour la façon de gouverner notre pays notre président met notre pays en danger nos citoyens n ont plus confiance envers le président ,preuve du pourcentages très bas de monsieur HOLLANDE du jamais vu .
guillet
  • 17. guillet | 03/11/2015
nos gouvernement se moquent de nous .ils ne sont plus capables de diriger ils faut les dechoirs de leurs status

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×